Publication de Nicole Delepine : Sarcome ténosynovial du pied et de la cheville. A propos de 14 cas.

Nicole delépine, le site officiel English Version Version Française
Accueil Site officiel ACCUEIL
Accueil du site officiel de Nicole Delepine
publication cancérologue réputé nicole delepine ostéosarcome
sarcome ewing publications du docteur nicole delepine
Publié sur : Power point Nicole Delépine - sofcot - 1999
Voir la version PDF de cette publication : Document PDF
Sarcome ténosynovial du pied et de la cheville. A propos de 14 cas.
G. Delepine, F. Delepine, E. Guikov, D. Hauteville, B. Chabaud, Nicole Delépine

Sarcome ténosynovial du pied et de la cheville. A propos de 14 cas.



Généralités


Représentant près du quart des sarcomes des parties molles le synovialosarcome se caractérise par son aspect histologique biphasique.
A coté du stroma fibrosarcomateux apparaissent des espaces glanduliformes nets.

sarcome tenosynovial


Synovialosarcomes publiés (1855 cas) répartition par age et sexe


sarcome tenosynovial

sarcome tenosynovial


Introduction


Le sarcome ténosynovial est une tumeur relativement rare. Il représente cependant le premier sarcome des parties molles du pied et de la cheville.
Sa symptomatologie, souvent trompeuse, et les difficultés de son traitement, justifie cette étude rétrospective destinée à préciser les modalités thérapeutiques optimales.

Patients


De 1980 à 1998, 14 malades (7 hommes et 7 femmes), d'âge moyen de 29,8 ans, ont été traités par les auteurs pour sarcome ténosynovial du pied ou de la cheville. Seuls 3 d'entre eux ont été vus avant la biopsie.

Traitement


La chirurgie a consisté en une amputation (2) ou en résection monobloc suivie de radiothérapie (12).
13 malades ont reçu une chimiothérapie (dont 6 en préopératoire).

Surveillance postopératoire


Les malades ont été suivis par leurs différents thérapeutes, par l'examen clinique, les radiographies pulmonaires et locales, le scanner des poumons et de la zone opératoire et la scintigraphie osseuse, tous les 3 mois pendant 2 ans, puis tous les 6 mois pendant 2 ans puis tous les ans.

Résultats


Avec un recul moyen de 7 ans, 3 malades sont morts de maladie et 1 de second cancer (leucémie). Le siège initial de la rechute était une métastase tibiale haute pour un malade amputé et une récidive locale chez 2 malades traités de manière conservatrice (tous 3 secondairement morts de métastases pulmonaires).

Facteurs pronostiques


L'analyse des résultats souligne la valeur pronostique de :
lapproche thérapeutique initiale (y compris de la biopsie) et du traitement coordonné incluant la chimiothérapie par Ifosfamide haute dose.

Causes des échecs


Les échecs sont observés dans :
- les grosses tumeurs (vues tard parce qu'initialement méconnues),
- en absence de chimiothérapie
- après erreur initiale de traitement.

Discussion


La comparaison du résultat de cette revue aux autres publiés dans la littérature souligne l'importance de la chimiothérapie adjuvante.

La biopsie


La biopsie doit être réalisée "droit devant" par une incision longitudinale courte et ne pas être une biopsie exérèse qui supprimerait un témoin de chimio-sensibilité utile.

Le traitement local


La chirurgie par résection conservatrice doit être large (pas de biopsie exérèse).
En cas d'exérèse marginale de nécessité la radiothérapie s'impose.

Influence de la chimiothérapie sur la survie à 5 ans dans la littérature


Séries sans chimiothérapie :
MACKENZIE 51%
MOBERGER 37%
PACK 23%
ROOSER 52%
ROTH 43%
TILLOTSON 21%
TOMENO 30%
WRIGHT 40%

Série avec Chimiothérapie :
KAMPE 93%
DELEPINE 85%
LADENSTEN 84%
PAPPO 80%

La chimiothérapie améliore la survie en rémission de 30 à 50%.

Valeur pronostique de la chimiothérapie systématique sur la survie en rémission à 5 ans des malades souffrant de synovialosarcome localisé.


sarcome tenosynovial


Quelle chimiothérapie? Monothérapie


En drogue unique l'IFOSFAMIDE Haute dose >14Gr/m² parait très efficace sur la maladie mesurable.
Chez 13 malades métastatiques Gerald Rosen observe 4 réponses partielles et 9 réponses partielles soit au total 100% de réponses objectives.
3 de ces malades (23%) sont restés vivants en rémission.
G.Rosen et al.Synovial sarcoma. Uniform response of metastases to High Dose Ifosfamide Cancer, 1994;73:2506-2511.

Quelle chimiothérapie? Association


L'association Ifosfamide H.D. + cis platinum+ Adriamycine représente vraisemblablement la combinaison la plus prometteuse.
Carsten E.Kampe a traité par cette association 14 malades vus pour synovialosarcome localisé.
13 (93%) de ces malades sont vivants en 1ère rémission complète.
Le dernier malade a présenté une récidive locale dont il a été guéri par opération et la même chimiothérapie.
Carsten E.Kamp e t al. Synovialsarcoma. A study of Intensive Chemotherapy in 14 patients with Localized Disease. Cancer 1993;72:2161-2169


Conclusion


Malgré sa présentation initiale souvent anodine, le sarcome ténosynovial du pied reste une maladie grave nécessitant un traitement multidisciplinaire rigoureux.

Évaluation du résultat thérapeutique


Avant d'affirmer la guérison, une surveillance très prolongée est indispensable (au moins 10 ans) car les récidives tardives sont possibles.

Survie après traitement local isolé : 185 malades traités à la mayo clinic de 1900 à 1975


sarcome tenosynovial


Survie après traitement multidisciplinaire incluant la chimiothérapie systématique


sarcome tenosynovial


Les petites tumeurs


Les petites tumeurs relèvent de la résection monobloc extratumorale large, suivie de chimiothérapie postopératoire.

Les grosses tumeurs


Les grosses tumeurs représentent l'indication de la chimiothérapie préopératoire par ifosfamide haute dose. Lorsqu'ils répondent bien à cette chimiothérapie préopératoire, elle peuvent être traitées par chirurgie conservatrice et radio-chimiothérapie postopératoire.

En cas de mauvaise réponse


En cas de mauvaise réponse à la chimiothérapie préopératoire, et de grosse tumeur dont l'exérèse risque de n'être que marginale l'amputation doit se discuter.



publications médicales


sarcome d'ewing
nicole delepine cancer tumeur ostéosarcome
Facebook Tweeter Google+