Publication de Nicole Delepine : Le paradoxe de la pratique de la cancérologie en France en 2013

Nicole delépine, le site officiel English Version Version Française
Accueil Site officiel ACCUEIL
Accueil du site officiel de Nicole Delepine
publication cancérologue réputé nicole delepine ostéosarcome
sarcome ewing publications du docteur nicole delepine
Publié sur : Publication Nicole Delépine - 2013
Voir la version PDF de cette publication : Document PDF
Le paradoxe de la pratique de la cancérologie en France en 2013
Nicole Delépine

Le paradoxe de la pratique de la cancérologie en France en 2013


Surmédicalisation diagnostique et sous médicalisation thérapeutique



Changement de paradigme : "l'acculturation" souhaitée par les fondateurs des plans cancer

Il faut oublier les règles antérieures, les schémas thérapeutiques "ringards", y compris ceux qui marchaient.
En 1985 on guérissait 85 % des cancers de l'enfant et plus de 50% des k de l'adulte
Et maintenant ?

On passe de la médecine de soins à la santé marchandise
Il faut trouver de nouvelles techniques pour gagner de l'argent.
Mettre en bourse l'argent de la sécurité sociale qui lui échappait.
Progressivement les assurances vont être cotées en Bourse.
En 2017, l'assurance maladie va perdre son monopole dans le silence le plus complet...

Disease mongering
La population asymptomatique est poussée à consulter pour dépistage par voie de courriers personnalisés à domicile, d'émissions télévisées ciblées, de spots publicitaires du ministère de la santé etc... et à pratiquer mille et un examens complémentaires de plus en plus couteux et lourds (de l'échographie au Petscan...).

On multiplie les maladies
En cancérologie par le dépistage systématique.
Ailleurs par la modification des normes de la TA, du cholestérol, de la glycémie.
En psychiatrie fait de tous les petits mots de la vie une maladie et à chaque nouvelle maladie un médicament.
Dernières trouvailles en date : l'éjaculation précoce sur toutes les ondes. La maladie du portable.

On crée l'épidémie du cancer
Cancers de la prostate (Augmentation de 70 % du nombre de cas en France en 30 ans ! Seulement en France BIZARRE non?
Des cas du sein. Des cas du colon. Et toutes sortes de pré cancer à surveiller !

le diagnostic de cancer établi le patient est intégré selon les dites "bonnes pratiques" imposées par l'HAS et L'INCA la liturgie des cancérologues
1- dans un essai thérapeutique.
2- après un ou deux échecs de chimiothérapie considéré comme "résistant à la chimiothérapie", incurable.
3- adressé très rapidement en soins palliatifs (quelques mois suffisent à ce parcours).

Abandon puis euthanasie
L'atmosphère ambiante conduit le malade abandonné, poussé par la "preuve sociale" à accepter un "arrêt de traitement actif" voire une euthanasie.
Sauf si on lui trouve une "essai précoce" qui consiste à être le cobaye des labos remboursé à 100% par la sécurité sociale avant l'AMM !
Cela ne coute qu'un milliard d'euros et demi pour quelques deux ou trois mois de vie qu'on aurait pu obtenir par les techniques classiques.

On sur-diagnostique, on sous-traite.
Considérations financières poussant aux investigations abusives d'essais thérapeutiques puis abandon lorsque le cout efficacité ne parait plus suffisamment "rentable".

on sous traite : les ainés
nicole Delépine


Dépression collective des médecins
et en particulier des cancérologues qui ne se reconnaissent pas dans ce nouveau système de référence.
Soumission abusive et désespérée aux ordres venus d'en haut selon l'organisation actuelle monopolistique du cancer avec ses grands prêtres de l'inca et ses inquisiteurs des Ars.




publications médicales


sarcome d'ewing
nicole delepine cancer tumeur ostéosarcome
Facebook Tweeter Google+