Publication de Nicole Delepine : Kyste Anévrysmal traitement

Nicole delépine, le site officiel English Version Version Française
Accueil Site officiel ACCUEIL
Accueil du site officiel de Nicole Delepine
publication cancérologue réputé nicole delepine ostéosarcome
sarcome ewing publications du docteur nicole delepine
Publié sur : Publication Powerpoint Delépine - 1999
Voir la version PDF de cette publication : Document PDF
Kyste Anévrysmal traitement
Nicole Delépine

Traitement du Kyste Anévrysmal de l'os.



Introduction



Le kyste anévrysmal est une dystrophie pseudo tumorale rare dont le diagnostic parfois difficile et l'évolution capricieuse peuvent rendre les indications thérapeutiques délicates.
L'essentiel étant de ne pas nuire en adoptant une thérapeutique trop agressive.

Possibilités thérapeutiques



-Curettage simple:
-en un temps lors de la bisopsie ou secondairement après diagnostic de certitude.
-Complet ou incomplet.
-Curettage comblement.
-Curettage cryithérapie.
-Curettage cryothérapie comblement.
-Embolisation.
-Excision.
-Resection monobloc.
-Radiothérapie.

Traitement du Kyste Anévrysmal



La biopsie est indispensable pour faire le diagnostic
La simple surveillance basée sur la rare régression spontanée de KA ne se justifie que rarement.
Curetage + comblement au niveau des os longs porteurs avec ostéosynthèse en cas de fragilité
Résection pour les os accessoires (péroné..)
Résection et reconstruction pour les cas où le simple curetage est insuffisant.
La radiothérapie ne doit plus être utilisée même dans les curetages insuffisants ou les récidives(cancers radio induits)
L'embolisation permet de préparer la chirurgie dans les localisations rachidiennes, iliaques ou fémorales hautes difficiles à opérer.

Guérison après curetage comblement


Stabilisation lésionnelle

Stabilisation lésionnelle après biopsie et comblement phosphocalcique

Guérison en 6 mois



Bassin


Simple biopsie


Guérison en 6 mois d'une petite fille de 8 ans traitée par simple biopsie

Curettage Comblement



Curettage et comblement col du fémur


Curettage comblement ostéosynthèse d'un kyst anévrysmal du col du fémur.

Guérison après simple curettage



Curettage


Curettage et comblement


Guérison après simple biopsie curettage.

Biopsie curettage

Guérison d'un Kyste anévrysmal guéri par curettage simple.

Evolution radiologique



Radio bassin


Evolution radiologique après curettage simple d'un kyste anévrysmal du pubis.

Le curatage comblement constitue le traitement de choix, la biopsie préalable est indispensable pour faire le diagnostic.

Radio rotule


Radio genoux

Enfant de 9 ans souffrant de son genou depuis 2 mois

Guérison par curettage biopsie



Rachis cervical


Coupe longitudinale cervicale


Cervical


Adolescent de 13 ans souffrant des cervicalgies. Biopsie curettage aussi complet que possible sans comblement. Gurésion en 6 mois.

Evolution après curettage comblement



Radios Rotule


Résultat lointain d'un curettage incomplet



Kyste anévrysmal


05/1991: Volumineux kyste anévrysmal chez un enfant de 4 ans et demi.
Curettage incomplet pour respecter le cartilage de conjugaison.

1984 récidive :
Curettage complet suivi de comblement

Curetage complet et comblement


10/1991 : Enfant 15 ans guéri
Cliniquement normal, minimes sequelles radiologiques.

Le curettage incomplet peut etre utile


Curettage incomplet


Guérison par encoulage



Enclouage


Guérison par encoulage d'un kyste anévrysmal d'un jeune de 17 ans, guéri par biopsie curettage et ostéosynthèse par clou plaque.

Evolution d'un Kyste Anévrysmal



evolution


evolution 2


Récidive



Recidive et comblement


Comblement par céramique phosphocalcique.

Résection, reconstruction par prothèse



Resection et reconstruction


Jeune fille de 14 ans venue d'afrique pour une lésion historique ayant détruit l'extremité inférieure du fémur.
Résection et reconstruction par prothèse.

Embolisation



Beaucoup de kystes anévrysmaux ne saignent pas lors de l'intervention.L'embolisation préopératoire (qui n'est pas anodine) n'est généralement pas nécessaire dans les localisations distales si l'on peut opérer sous garrot.
Elle doit par contre être discutée pour les localisations pelviennes et rachidiennes volumineuses si la lésion est vascularisée sur l'angio IRM.
L' embolisation à titre de traitement exclusif n'a pas fait ses preuves et se révèle parfois impraticable quand elle serait utile.

L'embolisation n'est pas toujours possible



Embolisation impossible


Adolescent souffrant de son rachis depuis 1985. Biopsie très hémorragique emepechant le curettage complet.Tentative d'embolisation récusée car l'artère médullaire du remflement lombaire est l'artère nourricière principale de la tumeur.

Risque de récidive selon le traitement



Risque de récidive


-le curettage simple est l'embolisation sont exposé ç un grand risque de récivide.
-le comblement associés diminue fortement la récidive.
-La cryiothérapie est les réséctions partagent les plus faibles risques de récidives.

Risque de récidive après curettage comblement



Risque de récidive après curettage


-Le curettage comblement est exposé à un risque de récidive de 18 a 59%.
-Sur 484 cas rapportés en 10 séries majeures, 149 récidives ont été observées (30.8%)

Kyste anévrysmal simulant un kyste essentiel



Risque de récidive après curettage


Risques des traitements



-Le curettage simple (et le curettage-comblement ) offrent le moins de risques thérapeutiques surtout s'il est prudent au contact du cartilage de conjugaison.
-La cryothérapie expose aux nécroses cutanées, aux infections et aux fractures secondaires par nécrose osseuse.
-La résection oblige fréquemment à une reconstruction squelettique qui expose à ses propres complications.

La radiothérapie ne dois JAMAIS être utilisée sur un kyste Anévrysmal!!


Kyste anévrysmaux


Notre stratégie thérapeuthique



Les indications thérapeutiques doivent être adaptées chaque cas en évaluant les dangers de l'évolution naturelle et les risques des traitements .

L'essentiel est de ne pas nuire en adoptant une attitude chirurgicale trop agressive.

Dans cette affection pseudo tumorale ,mieux vaut une récidive qu'une complication iatrogène.

La Biopsie chirurgicale



La biopsie chirurgicale est toujours indispensable au diagnostic.
Cette affection ne constitue pas une exception licite à la biopsie.
Dans de nombreux cas le curettage lors de la biopsie,par une petite voie d'abord sans augmenter les risques opératoires et carcinologiques potentiels peut être complet .Il permet souvent d'éviter une deuxième anesthésie mais impose une surveillance longue du malade . les petites récidives asymptomatiques n'impose pas toujours de traitement actif.

Curettage incomplet



Tumeur dans le siège cartilagineux


Tumeur dans le siège cartilagineux 2


Lorsque la tumeur siège au contact direct du cartilage de croissance, le curettage sera incomplet afin de ne pas risquer une fermeture précoce de celui-ci.

Curettage complet suivi de comblement



En cas de récidive évolutive symptomatique ou lorsque l'évolution spontanée paraît menaçante.
Risque de fracture d'un os long , de complication articulaire sur kyste iliaque , déficit neurologique par compression médullaire une attitude plus active est justifiée.
Le curettage complet suivi de comblement et éventuellement complété par une ostéosynthèse représente l'indication de choix .

La Cryothérapie



Récidive itérative


Cryothérapie suivie de comblement


Les récidives itératives ou les justes dont la récidive exposerais à des complications graves représentent l'indication de la cryothérapie suivie d'un comblement.
Une ostéosynthèse est alors indispensable pour diminuer le risque de fracture secondaire.

La résection osseuse



Resection osseuse


La résection ne doit se discuter qu'en cas de petit os non indispensable ou lorsque la tumeur a totalement détruit l'os porteur.

Conclusion



Le kyste anévrysmal est une dystrophie osseuse bénigne dont le diagnostic repose sur un faisceau d'arguments.
La biopsie d'une zone représentative déterminée par un scanner ou une IRM est toujours nécessaire.
Il peut s'agir d'une lésion secondaire ou associée à une autre tumeur éventuellement maligne.
Son évolution après traitement, habituellement favorable, est cependant imprévisible et justifie une surveillance prolongée.



publications médicales


sarcome d'ewing
nicole delepine cancer tumeur ostéosarcome
Facebook Tweeter Google+