Publication de Nicole Delepine : Chondosarcome Mesenchymateux du rachis lombaire de l'enfant en devenir à 10 ans

Nicole delépine, le site officiel English Version Version Française
Accueil Site officiel ACCUEIL
Accueil du site officiel de Nicole Delepine
publication cancérologue réputé nicole delepine ostéosarcome
sarcome ewing publications du docteur nicole delepine
Publié sur : Publication Powerpoint Nicole Delépine - 2003
Voir la version PDF de cette publication : Document PDF
Chondosarcome Mesenchymateux du rachis lombaire de l'enfant en devenir à 10 ans
JC. Desois, D. Goutallier, Gérard Delépine, Nicole Delépine,

Résultats à long terme du traitement des tumeurs à cellules géantes bénignes par le comblement au ciment.



Introduction



Le chondrosarcome mésenchymateux est une tumeur rare qui représente le seul chondrosarcome que l'on puisse voir chez l'enfant jeune.

Il s'agit d'une tumeur hautement maligne puisque dans la littérature, le risque métastatique atteint 2/3 des cas.

Le traitement repose sur la chirurgie monobloc extratumorale.

Lorsque la lésion atteint le rachis (environ 5 % des localisations), le traitement est particulièrement difficile.

A la lumière d'une observation personnelle, nous voudrions montrer qu'il vaut cependant la peine.

Résumé d'observation



Avril 1982


-En avril 1982, l'enfant GN a 6 ans lorsque les parents remarquent l'apparition d'une tuméfaction parachidienne gauche.
-Biopsie faite en Italie par voie postéro-latérale : diagnostic de chondro-sarcome mésenchymateux de L1.
-Tout traitement est refusé par la famille.

Avril 1983


-En avril 1983, 1 an après le début des premiers signes cliniques, l'état fonctionnel s'est considérablement aggravé : une attitude scoliotique fixée s'accompagne de douleurs violentes et de signes de compression neurologique (réflexes ostéotendineux vifs et diffus avec signes de Babinski bilatéral).


-Les radiographies montrent une ostéolyse étendue des vertèbres L1 et L2 avec disparition du pédicule gauche et tassement latéral.
-Au scanner : très volumineux envahissement des parties molles paravertébrales et compression considérable de la moelle, étendue de D12 à L2.
-Artériographie : hypervascularisation tumorale anarchique et présence de renflement lombaire au dessus de la lésion.

Mai 1983


-En mai 1983, éxérèse réalisée en 2 temps antérieur et postérieur : corporectomie comblée par ciment + plaque antérieure.
-Ostéosynthèse postérieure complémen-taire (car arc postérieur enlevé du côté gauche)
-Suites postopératoires simples.
-Myélographie postopératoire : disparition de tout signe de compression médullaire.

Traitement Complémentaire


-Irradiation dès le 21ème jour postopératoire à la dose de 55 grays en 2 séries.
-chimiothérapie adjuvante type Cyvadic.

3 ans plus tard



Le malade présente deux micrométastases pulmonaires qui seront enlevées chirurgicalement.

1 ans plus tard



-A la suite de l'ablation de matériel postérieur, récidive postérieure dans les muscles paravertébraux juste au dessus de la limite supérieure du champ d'irradiation dans une zone non contaminée lors des interventions précédentes.
-Cette récidive régionale également enlevée en monobloc et chimiothérapie complémentaire de 6 mois.

Novembre 1993



-Le patient est un adolescent en bonne santé (prépare concours pour école d'ingénieurs, vit normalement, souplesse du rachis tout à fait notable). Outre les cica-trices, seule séquelle appréciable de la maladie = raccourcissement du tronc secondaire à la radiothérapie qui a touché la chanière dorsolombaire.

Commentaires



-Le chondrosarcome mésenchymateux primitif de l'os est une tumeur très maligne.

-Chez l'enfant, l'évolution est habituellement plus rapide encore que chez l'adulte. Les métastases apparaissent habituellement dans la 1ère année.

Cette observation avec recul de plus de 11 ans depuis le début du premier signe et plus de 6 ans depuis la dernière manifestation de la maladie, permet d'espérer la guérison de ce patient.

-Compte-tenu de l'insuffisance de la chirurgie qui a été certes macroscopiquement complète mais largement contaminée et intrafocale, cette longue rémission est en faveur de l'efficacité des traitements adjuvants qui ont été donnés.
-De même que la topographie de la récidive régionale juste en dehors du champ d'irradiation.

Conclusion



Après Harwood et Huvos, cette observation confirme qu'il est licite de proposer une radiothé-rapie et une chimiothérapie adjuvante sur le chondrosarcome mésenchymateux à chaque fois que l'éxérèse chirurgicale n'est pas radicale.



publications médicales


sarcome d'ewing
nicole delepine cancer tumeur ostéosarcome
Facebook Tweeter Google+